Chowk : ou comment passer une journée à Old Delhi

Photos courtesy Alan Rubin & Tim Steadman

Je viens juste de recevoir CHOWK le livre de mon ami Alan Rubin et de son co-auteur Tim Steadman. Mon second ouvrage indien. La réception du colis a été plus rapide que prévu, je suis content de partager aussi rapidement quelques impressions de lecture.

CHOWK propose près d’une centaine de photographies dans Old Delhi, un travail de sept années à deux photographes après éditing.

Pas encore ouvert, on est déjà dans les ruelles de l’Old Delhi. L’intrigante couverture mixe de nombreuses ambiances dans un fondu enchaîné de photos qui laisse déjà présager de la densité intérieure. On y retrouve aussi les codes couleur de l’Inde urbaine avec des dominantes vertes, jaunes et ocres.

Après l’introduction d’usage, on se réveille au petit matin à la faveur d’une nuit passée à la belle étoile. De beaux clichés aux tendance bleutées avec de jolis contre jours à la faveur du soleil qui apparaît déjà. Le temps de ranger son matelas dans un coin de la rue, la journée va être chaude, l’expérience indienne comme si vous y étiez. 

Les photographies s’enchainent ensuite sans rupture dans un rythme effréné qui me rappelle la foule omniprésente, en mouvement perpétuel, des villes indiennes. La plupart des clichés de rue sont très riches en personnages. Il y en a partout, cela peut paraitre trop mais c’est bien le reflet de l’expérience urbaine indienne. 

Au détour d’une page, on aura tout juste le temps de prendre un café au lait, debout ou en marchant, pour découvrir de beaux portraits et des vis-à-vis illustrant des particularités ou des singularités graphiques du Old Delhi. Un des intérêts de ce livre.

Avant de refermer CHOWK, les deux auteurs nous proposent de quitter l’ouvrage sur une ambiance crépusculaire typiquement indienne. On termine alors en poésie en attendant que le soleil descende encore sur Old Delhi pour faire durer le plaisir.

J’aurais aimé:

- Quelques ruptures (quand même) pour isoler certaines doubles pages

J’aime:

- L’énergie qui se dégage du livre

- La densité des photos

- le format de l’ouvrage 

Vous pouvez commander Chowk sur le site de Tim Steadman.



Du Bokeh à l’Atomic Rockin’ Festival

Pontiac

Miss Bloody Mary

Thana modèle

Red

Simply Camaro

En qualité de street photographer, je privilégie généralement des prises de vue en hyperfocale à f/8 - f/11 pour capturer nettes les scènes de rue. Par conséquent, je compose rarement des photos avec du “Bokeh” le fameux flou artistique bien connu des photographes. 

L’occasion m’a été donnée ce week-end avec le festival Atomic Rockin’ qui rassemble des voitures, des artistes et des objets des années 50/60. Deux jours durant, j’ai travaillé avec un boitier Leica M-D et un objectif Summilux 35mm sur lequel un filtre ND était installé pour gagner quelques stops en ouverture. Cela m’a permis de shooter des portraits à f/1.4 en extérieur avec beaucoup de luminosité sans surexposition. 

Le 35mm, ma focale de prédilection en “street”, a été un choix intéressant pour les portraits afin de contextualiser les modèles dans leur environnement.

Le résultat est vraiment bluffant, à pleine ouverture le Summilux libère toute la qualité colorimétrique qui fait la renommée des objectifs Leica. Le filtre ND permet de ne pas dépasser le seuil de vitesse imposé par le boitier M, il ajoute même du caractère aux clichés.

Les photographies sortent brutes du boitier en DNG (format Raw), seule la balance des blancs et un petit peu d’exposition ont été réglés. 

Modèles: Miss Bloody Mary & Thana modèle


Un lieu, une photo: Byculla

Retour sur une semaine qui restera gravée dans ma mémoire comme un excellent souvenir. Avec mon ami Vincent Montibus nous sommes partis à Mumbai pour une semaine de Street Photography en Novembre dernier. 

Atteris en pleine nuit, c’est après de nombreuses hésitations du taxi que nous sommes enfin arrivés à destination de notre location dans le quartier populaire de Byculla. Nous avons donc découvert les environs au petit matin seulement. 

Et pas de doutes, nous étions bien en Inde. Face à notre appartement,  une arrière cour avec des poules en liberté, un vieux bus et deux vieilles Ambassador à l’état d’épave. Cette voiture est emblématique de la production automobile indienne entre 1957 et 2014.

Leur vision me rappelle immédiatement l’ouvrage ”A way to India“ du photographe Indien Raghubir Singh qui a photographié un road-trip depuis l’intérieur d’une Ambassador. Je prends alors ce cliché en référence, le tout premier d’un séjour qui s’avèrera intense et passionnant à travers les faubourgs de la mégapole Indienne.

J’ai ainsi ramené deux séries ”Mumbai Gestures” en couleur et ”Karma passengers” en noir et blanc. Vincent a aussi ramené une belle série de rue, des portraits au moyen format et des dyptiques

Comme c’était déjà mon second séjour à Mumbai, je connaissais déjà pas mal la ville mais on doit à F.d Walker et son super blog shooterfiles d’avoir découvert la presqu’île de Worli. Un “must visit” pour les couleurs au crépuscule et la paisibilité du lieu qui reste préservé du trafic omniprésent de Mumbai. Tks Man.



Un lieu, une photo: Bushwick

Une semaine dans New-York, je n’y étais pas revenu depuis 1991. Pour ce séjour j’avais décidé de loger dans Brooklyn et à Bushwick en particulier. Un quartier est très vivant avec de nombreux petits restaurants et des street-art.

Les murs en briques rouges typiques comme décor, avec une belle lumière matinale, j’aperçois ce groupe d’oiseaux qui s’envole à contresens de la signalisation. Un instant magique, une sensation  de synchronisation avec la big Apple m’envahit… la scène devient ma photo de référence pour ce “trip” new-yorkais.

A voir aussi ma série New York City streets à travers les rues de Manhattan, du Bronx, de Brooklyn et de Harlem.



Urban Street Diving interview avec Andreas Ott

Une interview dans le magazine Urban Street Diving. Je me suis plié à l’exercice du “Street Dive” d’Andréa Ott avec une session de photo de rue dans un lieu déterminé et un temps limité. J’y aborde aussi mon approche de la street photography, mon dernier workshop photo avec Alex Webb & Rebecca Norris-Webb et pourquoi j’utilise des appareils Leica


Présence(s) Photographie 2016

J’ai eu le plaisir d’être sélectionné pour le Festival de photographie d’auteurs de Montélimar Présence(s) Photographies. Ma série “Le Palacio de la Mortera” a été projetée pendant la durée du festival dans les lieux suivants.

19/11 – Cinéma Les Templiers – Montélimar
25/11 – Cinéma Le Regain – Le Teil
26/11 – Cinéma Le 7ème art  – Saint-Paul-Trois-Châteaux
28/11 – Théâtre Le Calepin – Montélimar – Prix des lycéens
03/12 – La Halle – Dieulefit


1
Using Format